Accueil > Mécanique > Ponts et transmissions > Changer un demi-arbre arrière cassé

Changer un demi-arbre arrière cassé

Rédigé par Mamadou à partir du post de Berruyer.

Difficulté : Moyen

Durée : 60 min

Outillage : 2 Clés de 9/16’’, Clé de 1’’, 1 gros tournevis.

Pièces :
Demi-arbre : 549495 (côté droit, pont rover) 549495 (côté gauche, pont rover), voir le part.
Joint de différentiel : 07316 Joint de main meneuse : 231505
Écrous de nez de pont : différents pas (unf ou unc) voir le part
Écrous et vis de maintien de l’arbre de transmission : 509045 et 509751

La casse d’un demi-arbre est assez fréquente sur les Series, cette pièce servant de « fusible » pour empêcher un bris plus important (différentiel ou boîte).
La rupture de celui peut être due à une mauvaise qualité de matériaux mais aussi (et souvent) à une mauvaise utilisation du véhicule, notamment :
- accélérations franches aux changements de rapport ;
- serrage brutal du frein à main avant l’arrêt total du véhicule ;
- ou encore reprise d’adhérence brutale lors d’un passage en force sur une zone TT.

Il arrive fréquemment qu’un demi-arbre casse au moment où on s’y attend le moins (lors d’un démarrage au printemps…), ceci est dû au fait qu’il a été fragilisé lors d’utilisations précédentes et le démarrage étant le moment où celui-ci force le plus. L’état des demi-arbres est à contrôler régulièrement, un exemple de demi-arbre qui aurait dû être changé avant la casse :

Voici une description du mode opératoire lorsque le demi-arbre a cassé à l’intérieur du différentiel. Dans le cas présenté, il s’agit d’un light ffr de 1974, mais la procédure reste la même pour toutes les Series possédant un pont de type Rover.

Tout d’abord, démonter les mains meneuses en laissant les arbres attachés (on laisse la goupille sur les SIII et le boulon sur les SII)

Cas d’une SII :

Sortir les deux demi-arbres de pont en dévissant les 6 vis des mains meneuses, et tirer.

Les demi-arbres sortent avec les mains meneuses et sans dépose de la roue, ça peut forcer un peu du coté où ça a cassé, on pourra s’aider avec un levier. Voici une méthode simple pour sortir le tout sans forcer dans le cas d’une SII, il faut évidemment démonter la main meneuse, placer les tiges filetées puis remonter la main meneuse avec l’écrou :

J’ai démonté la main arrière droite et voilà pourquoi je ne gagne jamais au loto ! Je n’ai pas de bol : elle est en bon état !!!!!

J’attaque donc la roue arrière gauche (côté conducteur).

Et voilà donc le résultat du big-bang différentiel-lien !!!

Pour extraire le morceau manquant, il faut démonter le différentiel, il existe bien une méthode avec outils spécifiques (un tutoriel sera rédigé par la suite), mais la condition pour s’en servir est que le morceau ne soit pas coincé.
Pour sortir le différentiel, il faut d’abord vidanger le pont.

Pendant ce temps, démonter les 4 vis qui maintiennent l’arbre au différentiel, il s’agit du pas impérial : 9/16, et il faut deux clé plates (les clés à cliquet, à œil ou à pipe ne passent pas), certains prennent des clés de 14mm qu’ils agrandissent à la meuleuse. Une fois les vis défaites, on peut accrocher l’arbre en hauteur ou sur le côté pour ne pas qu’il gène, sinon il faut le démonter côté boîte aussi.

Ensuite, dévisser les vis du nez de pont en laissant celle du haut, mettre un cric sous le nez, ôter la dernière et tirer : attention, c’est lourd.

N’ayant pas de super cric, j’ai pris une brouette à sac (de blé ou de patate), quelques cales en dessous.

Le désassemblage a été assez pénible.

On voit bien la pièce au fond.

Après, j’ai repris le marteau et tapé doucement. Je pensais passer des heures et au bout d’une minute, la pièce est tombée. Victoire !!!

Quand je regarde le bout HS, je remarque que la pièce est cassée à deux endroits.

On peut en profiter pour changer le joint spi de nez de pont tranquillement à l’établi.
Une clé à choc peut être nécessaire pour le démontage de l’écrou de bride, et une ferraille percée pour le remontage.


Le remontage se fait à l’inverse du démontage. On prendra évidemment soin de changer le joint du nez de pont (ou différentiel), on remonte le différentiel, puis on rentre les demi-arbres. Ceux-ci doivent rentrer sans forcer (ne pas taper, vous risqueriez d’aplatir les cannelures… !). Ne pas oublier de refaire le plein d’huile.

Une variante sur un modèle militaire de 68, ajoutée le 20/10/14, par lucmilly

Sur mon Ambulance SIIA de 1968, pont arrière type Rover, selon modèle 88’’ ci-dessus (et non modèle 109’’).

Le joint spi de nez de pont devait être d’origine, constitué d’une rondelle d’alu en U, avec un joint cuir à l’intérieur. Difficile à retirer car bien coller au nez de pont :

JPEG - 51 ko

Sachant enfin ce que c’était, j’ai fini par l’avoir à la perceuse, pour casser la face apparente du U, passer un tournevis entre elle et le nez, WD40 jusqu’à réussir à la faire tourner à l’intérieur du nez (la décoller). Elle est venue facilement ensuite :

JPEG - 56.5 ko

JPEG - 62.1 ko
Joint spi cuir + Rondelle métal
Fin de variante

Fin de l’opération.