Des SerieS’ de légende
Merci à Rams pour cet article (Secrétaire du LTDS 2011 et 2012)

Dans ces quelques lignes, nous allons vous raconter l’histoire des premiers Land Rover, nous vous présenterons les différents et nombreux modèles, et vous constaterez l’évolution de ces véhicules à lames, que tout le monde connaît, que tout le monde a déjà vus ou croisés, dans la réalité, dans des films ou dans des bandes dessinées. (...)

Article mis en ligne le 1er décembre 2013
dernière modification le 30 novembre 2019

par Lucmilly


Dans ces quelques lignes, nous allons vous raconter l’histoire des premiers Land Rover, nous vous présenterons les différents et nombreux modèles, et vous constaterez l’évolution de ces véhicules à lames, que tout le monde connaît, que tout le monde a déjà vus ou croisés, dans la réalité, dans des films ou dans des bandes dessinées.

UKE 80 Offerte à Winston CHURCHILL
Serie 1, 80’’, 1948

 Le commencement

L’histoire des Land Rover commence au sortir de la Seconde Guerre mondiale, à l’aube des Trente Glorieuses et est intimement liée à celle de la Grande Bretagne. De nos jours, Land Rover est la deuxième marque la plus ancienne fabriquant des 4x4 après Jeep, ces Jeep qui ont inspiré la conception de la première Serie 1, présentée en 1948 au Salon de l’automobile d’Amsterdam.
Rover travaille donc à un renouvellement de sa gamme avec le projet d’évolution des deux modèles existants pour ce qui deviendra la P3 en 1948. Mais cela ne suffira pas,et de loin, à exploiter l’immense surface disponible sur cet ancien site de l’armée exploité à présent par la marque. C’est par le directeur des études, Maurice Wilks que le salut viendra. En effet celui-ci possède un domaine sur une île du Pays de Galle et a racheté une Jeep Willys auprès de l’armée qui fait face à une problématique de surplus. Cette Jeep lui sert donc, quand il s’y rend, à entretenir et à aller sur ces terres. La voiture qui a largement fait ces preuves pendant le conflit passe partout a tel point qu’elle est même utilisée comme tracteur ! Ce fameux directeur prend vite conscience que les agriculteurs seraient très demandeurs d’un tel produit qui au quotidien est à mi chemin entre un tracteur agricole et une voiture.
Land Rover proposa alors un véhicule utilitaire, à l’aise dans tous les terrains, peu onéreux, et de conception simple : châssis en échelle, ponts rigides et carrosserie boulonnée.
La pénurie d’acier et l’abondance d’aluminium des avions, après‐guerre, fit que Rover décida de produire une partie du corps des Series à base d’aluminium et de magnésium.
La résistance de ce métal à la corrosion a été l’un des facteurs qui ont permis au véhicule de se construire une réputation de longévité dans des conditions extrêmes.
Land Rover a souligné plusieurs fois que près de 70 % des véhicules construits étaient encore en usage.
La première usine de Land Rover se situe à Solihull, près de Birmingham et a construit des véhicules de tout type et pour tous les usages : facteurs, garde‐côtes, poseurs de câbles électriques, exploitants agricoles, pompiers…
Le premier prototype avait une particularité, le volant était monté au milieu du véhicule, comme sur les tracteurs, cependant, cette idée a rapidement été abandonnée car jugée peu commode.

 L’assemblage du prototype

Centre Steer
Plus de renseignements (en anglais)

Le premier prototype de Land Rover a été construit entre la fin de l’été et la mi‐octobre 1947. Il fut assemblé sur la base d’un châssis de Jeep provenant des surplus de l’armée et motorisé par un moteur 4 cylindres.
Concernant la suspension à lames par exemple, les Series I diffèrent des Jeep par la position des jumelles inversées, et du point fixe des lames avant. Point fixe à l’arrière et jumelles à l’avant pour la Jeep et l’inverse pour le prototype. Le châssis Rover était donc différent du châssis Jeep !
Dans le souhait d’utiliser le plus de pièces possibles issues de chez Rover, un moteur standard Rover est installé, associé à sa boîte de vitesse habituelle. Le moteur fut modifié pour allonger la course des pistons et obtenir plus de couple à bas régime.
Les ponts avant et arrière provenaient de véhicules Rover. Le pont avant était simplement un pont arrière modifié. Les roulements extérieurs furent supprimés, le pont raccourci et deux platines furent installées pour recevoir les pivots de roue.

Centre Steer

Il faut noter que si le prototype à conduite centrale héritait des dimensions du châssis de la Jeep et en particulier l’empattement de 80 pouces, il adoptait des ponts Rover avec une voie plus large de 2 pouces (5 cm). Cette voie « élargie » dictée par les dimensions des ponts Rover fut maintenue sur toutes les Series I qui héritaient toujours des ponts des anciennes berlines Rover.
Les Series II, hériteront plus tard des nouveaux ponts des berlines Rover, encore un peu plus larges. Il faut noter que le bossage du tablier et des ailes, à partir des Series II, a pour origine la nécessité d’utiliser les ponts plus larges des nouvelles berlines Rover, il a permis d’offrir plus d’espace pour les trois sièges avant.
Le pare‐brise, les poignées, la bâche et son armature, du prototype à conduite centrale provenaient directement de la Jeep.
A cette époque, la peinture était rare, la seule couleur en grande quantité était le vert de l’armée, voici pourquoi les premiers véhicules ont été peints en vert.
Les premiers tests ont rapidement montré que ce prototype était une machine performante et polyvalente.

A very Special Land Rover- Pre Production No.17 Series 1

Ensuite, Rover dessina complètement un châssis entièrement nouveau en utilisant des sections tubulaires pour les membrures au lieu des sections en U plus faibles des châssis de Jeep. L’empattement militaire de 80 pouces fut cependant maintenu. La carrosserie fut complètement redessinée et toujours réalisée en panneaux d’alliage d’aluminium Birmabright.
Entre janvier et août 1948, 48 modèles de pré‐production furent construits.
Certains avaient la direction à droite et d’autres à gauche et chaque véhicule était
légèrement différent du précédent à mesure que la conception évoluait.
Désormais, on reconnaît facilement les Series avec leurs panneaux de carrosserie en aluminium, qu’elles soient en châssis court ou long, bâchées, tôlées, vitrées ou Station Wagon.

Plusieurs générations se sont succédées :
la Serie I (1949‐1958),
la Serie II (1958‐1961),
la Serie IIA (1961‐1971),
et la Serie III (1971‐1985).


Dans la même rubrique